Chat burmese
le chat

Chat burmese

Cette race asiatique, que l’on trouve dans certaines parties du Myanmar (l’actuelle Birmanie), en Thaïlande et en Malaisie, rencontre aujourd’hui un grand succès, ayant évolué de façon légèrement différente en Europe et en Amérique du Nord. Agile et affectueux, le burmese fait un compagnon très agréable.

Histoire

Même s’il existe en Asie depuis de nombreux siècles, ce fut seulement dans les années 1930 que le premier burmese fut importé aux États-Unis, où on le confondit souvent avec un siamois à robe foncée. Le docteur Thompson, qui avait rapporté Wong Mau (mau signifie “chat”) d’un voyage, décida de prouver par le biais d’un programme d’élevage sélectif mijutieux que sa chatte appartenait à une race différente. Quand on la croisa avec l’un de ses propres rejetons, Wong Mau donna naissance à un chaton de couleur beaucoup plus foncée qui représente désormais la couleur traditionnellement associée au burmese. La popularité de ces chats augmenta rapidement, et dès la fin des années 1950, il avait colonisé de nombreux pays.

Développement ultérieur

Les lignées européennes descendent aussi de Wong Mau, mais leur évolution a suivi des voies différentes, avec plus de croisement avec des siamois. Cela a donné un chat à la tête plus anguleuse que celle, très arrondie, des lignées nord-américaines. Les yeux ressemblent aussi davantage à ceux du siamois. Les différences de couleurs sont très nettes, car l’introduction du gène roux au burmese d’Europe a permis la reconnaissance des variétés rousse et crème.

 

En un coup d’œil

  • Très joueur
  • très bavard
  • existe en différentes couleurs
  • robe lisse

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.