Le Boxer et l'épilepsie
le chien

Le Boxer et l’épilepsie

La cause de cette affection est difficile à définir. De nombreux Boxers sont victimes de crises d’épilepsie.

Le haut mal

Les vraies crises d’épilepsie sont regroupées sous le terme d’épilepsie essentielle ou “haut mal”. Les crises s’en rapprochant sont appelées crises épileptiformes.

Ces crises surviennent souvent chez les Boxers avant la troisième année. Il est très difficile de déterminer ce qui peut les provoquer. On parle de stimuli déclenchant. Cela peut être une grande joie du chien qui retrouve ses maîtres, une peur, un bruit, une lumière trop forte… Il est donc pratiquement impossible d’agir sur l’environnement de l’animal pour éviter les crises d’épilepsie, à moins de l’isoler dans une cage de verre.

Des traitements existent, mais il est fondamental de ne pas adopter une attitude stressée et donc stressante face au chien épileptique et aux risques éventuels de crises.

La première mesure est de savoir reconnaître une crise d’épilepsie, dont l’enchaînement des symptômes est caractéristique.

De l’aura au calme

Les convulsions sont décrites médicalement comme des contractions violentes, involontaires et saccadées des muscles.

La caractéristique de l’épilepsie est son aspect répétitif.

Le déroulement de la crise est très précis. Il existe une période, dite d’aura, durant laquelle le chien sent qu’il se passe quelque chose d’étrange. Il respire plus fort, semble agité.

Puis une période dite clonique suit. Le chien est secoué de mouvements de pédalage. Les membres s’agitent, l’animal parait inconscient, salive, urine sous lui. Il faut le protéger de ses propres mouvements, car il peut se taper la tête.

Cette phase prend fin avec la période tonique, durant laquelle les membres sont raides, comme tétanisés. puis le retour au calme intervient. Le chien est alors très fatigué, il ne reconnaît plus ses maîtres. Il retrouve réellement ses esprits quatre à cinq heures après la crise, qui dure de deux à cinq minutes.

C’est cette alternance de mouvements de pédalage et de raideur qui caractérise l’épilepsie. Il est donc très important, lors d’une crise de convulsions, de noter les différentes étapes sans céder à l’affolement. Ce sera une aide précieuse pour le diagnostic du vétérinaire.

Le traitement

Le but du traitement est de réduire la fréquence. La durée et l’intensité des crises. L’élimination complète des crises est très difficile. Le diagnostic doit être précis avant de traiter pour prévenir les crises. Des médicaments ne seront donnés que si le chien présente plus de deux crises par mois.

L’efficacité du traitement ne peut être évaluée qu’après deux semaines, le taux du médicament dans le sang est alors fixe. En effet, les doses se calculent en fonction du poids de l’animal puis sont adaptées en fonction du poids de l’animal puis sont adaptées en fonction de ses réactions. La concentration dans le sang doit être fixe pour juger de l’effet du médicament.

Il existe, en dehors de ce traitement préventif, un traitement curatif, qui consiste en l’injection en intraveineuse de calmants, faite par le vétérinaire au moment de la crise.

Règles impératives du traitement de l’épilepsie

règles– Ne jamais interrompre le traitement sans l’avis du vétérinaire : cela risque de déclencher une crise
– Ne pas changer seul de produit
– Donner la dose journalière en deux prises : cela permet d’avoir toujours une concentration fixe de produit dans le sang
– Donner le médicament toujours à la même heure
– Ne jamais oublier une prise
– Le traitement est souvent à vie
– Penser à emporter les comprimés en vacances
– Avoir toujours une boîte d’avance chez soi et une ordonnance, vous aurez du mal à vous procurer des anti-épileptiques sans prescription
– Connaître les effets secondaires. Le chien peut paraître complètement endormi et parfois dépressif, il a très faim et boit beaucoup. Ceci est noté sur la notice sous les termes “polyphagie”, “polydipsie”
Que faire en cas de crise de convulsions ? – Mettre l’animal sur une surface molle : coussins, oreillers, pour éviter qu’il ne se blesse
– Ne pas le poser sur un lit afin qu’il ne tombe pas
– Éteindre la lumière pour éviter toutes stimulations
– Ne pas parler
– Surveillez sa langue et ses muqueuses
– Notez la date, l’heure et la durée de la crise
– Appelez un vétérinaire

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.