Le Boxer idéal
le chien

Le Boxer idéal

Qu’est-ce qu’un standard

Le standard résume les principales caractéristiques morphologiques et matérielles qui doivent être l’apanage d’une race canine. C’est un document officiel, élaboré par la société de protection de la race du pays d’origine du chien et approuvé par la Fédération cynologique internationale (FCI), dont l’objectif est de donner aux éleveurs des indications claires sur le choix des sujets reproducteurs afin d’obtenir une sélection ciblée, visant à une amélioration constante de chaque race.

La tête donne sa “typicité” au chien : elle doit être bien proportionnée avec le corps et ne pas paraître trop légère ni trop lourde. La beauté de la tête dépend de la proportion (2/1) entre le crâne et le museau.

Le cou doit être long, fort et musclé, il ne doit pas y avoir de bajoues ni de peau pendante.

Les épaules doivent être longues, inclinées, bien fermées et serrées.

Le thorax doit être bien descendu jusqu’aux coudes. Les côtes doivent être longues et bien arquées à l’arrière, et non pas arrondies en forme de tonneau.

Les membres antérieurs doivent être dotés d’une bonne structure osseuse. Le bras est long et à angle droit par rapport à l’omoplate : le carpe est court et bien délimité, mais pas gonflé. Le métacarpe est presque perpendiculaire au sol.

Le garrot doit être bien marqué

La croupe est légèrement inclinée, doucement arrondie et large

Le poil est court, brillant, dur et très adhérent au corps. Les couleurs admises sont le fauve et le tigré. Toutes les autres couleurs (y compris un blanc de fond qui recouvre pus des deux tiers du corps) ne correspondent pas au standard.

La cuisse et la jambe sont longues : les angles coxofémoraux et tibio-fémoraux doivent être le moins obtus possible. L’angle du jarret doit être d’environ 140°. Le métatarse n’est pas parfaitement vertical, mais incliné d’environ 95° par rapport au sol.

L’attache de la queue doit être haute. À présent, le boxer a la queue laissée longue.

Les oreilles sont à présent laissées pendante. Les oreilles entières sont plutôt petites, attachées sur les côtés du crâne, le plus en hauteur possible : au repos, elles pendent sur les côtés des joues. Si le chien est aux aguets, les oreilles, courbées vers l’avant, devront retomber en formant un pli distinct.

Le crâne et le museau doivent être le plus carrés possible.

Les yeux sont foncés, ni trop petits ni saillants. Leur contour doit être foncé.

Le stop est bien marqué et anguleux

La lèvre supérieure est grosse et gonflée. Elle remplit l’espace vide qui se forme à cause de la proéminence de la mandibule ; elle est soutenue par les canines, qui doivent donc être bien distantes entre elles et d’une bonne longueur.

La mandibule dépasse par rapport à la mâchoire supérieure et se courbe légèrement vers le haut : la fermeture est prognathe. Les lèvres complètent la forme du museau.

L’importance du caractère

Le standard exige qu’un Boxer ait un tempérament fidèle, vigilant, courageux. Il doit être serein et tranquille lorsqu’il joue, mais terrible en cas d’urgence. Son caractère doit être loyal, il ne doit être ni fourbe ni méchant, même à un âge avancé. Il est facile de le dresser grâce à sa soumission, à son courage inné, à sa “trempe” naturelle ainsi qu’à son flair.

Même si un Boxer n’est pas doté d’un physique exceptionnel, il sera digne du nom de Boxer s’il possède toutes ces qualités. En revanche, s’il est doté d’un physique extraordinaire, mais ne possède pas ces qualités psychologiques, ce sera un chien incomplet, que l’on ne pourra pas définir comme un “Boxer”.

C’est la raison pour laquelle cette race est soumise à des épreuves de travail : cela signifie qu’un chien doit prouver qu’il possède les bonnes caractéristiques psychologiques pour pouvoir obtenir un titre de champion de France ou de champion international de beauté.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.