Le perroquet dans la nature
perroquet et perruche

Le perroquet dans la nature

Animal grégaire, le perroquet ne peut survivre sans son groupe social. Cette société non hiérarchique permet l’absence de conflits au sein du groupe. Néanmoins, un respect doit être accordé aux adultes, ayant atteint l’âge de reproduction. Quelques mésententes peuvent survenir entre deux oiseaux, mais sans que cela ait d’impact sur le reste de la tribu. Elles sont souvent dues à une rivalité entre deux perroquets en puberté, âge auquel ils commencent à vivre leurs premières expériences sans l’accompagnement de leurs aînés. Ces démonstrations de rivalité ne sont pas des affrontements, mais des intimidations physiques (plumes hérissées, danse dissuasive, cris…).

La recherche de nourriture

De nombreux enseignements sont dispensés pour apprendre aux plus jeunes la vie en communauté et les codes sociaux qui en découlent. Le perroquet aura besoin de son groupe social dans la plupart de ses activités quotidiennes, à commencer par la recherche de nourriture, activité principale des perroquets à l’état sauvage. Ils y consacrent une grande part de leur temps, parcourant des dizaines de kilomètres pour trouver l’espace qui offrira assez de nourriture à toute la communauté. Une fois le site repéré, l’oiseau vocalise pour appeler le reste du clan.

La défense contre les prédateurs

Le groupe social des perroquets permet également de prévenir de l’arrivée d’un prédateur. Selon les espèces et le biotope, il peut s’agir d’aigles, de faucons, de serpents, de singes, de félins… Le plus menaçant, et cela, pour toutes les espèces de perroquets, reste malheureusement l’homme (chasse, trafic, déforestation). L’oiseau, isolé de son clan, devient une proie facile. C’est pourquoi certains membres ne se nourrissent pas en même temps que les autres et occupent le poste de guetteur. Sitôt un prédateur repéré, ces derniers poussent des cris d’alertes pour prévenir la colonie, qui prendra la fuite sans tarder.

La maturité sexuelle

Le tissage des liens sociaux est également très important au sein de la communauté. Chaque individu du groupe éprouve le besoin de créer des affinités avec ses congénères tout au long de sa vie : périodes de jeux, ballades acrobatiques, toilettages, bagarres amicales et, bien sûr, recherche du partenaire sexuel. La maturité sexuelle dépend de l’espèce de perroquet. Toutefois, on remarque que, plus l’espèce est grande, plus cette période est tardive (environ 2 ou 3 ans pour un gris du Gabon et 5 ou 6 ans pour un grand ara). C’est une phase de la vie de l’oiseau compliquée : ses hormones sont bouleversées, ses humeurs chamboulées. Il quitte ses parents et part créer sa propre famille. À l’exception de quelques espèces polygames (le kéa ou l’éclectus par exemple), une fois le couple formé, les perroquets restent fidèles jusqu’à la disparition de l’un des deux partenaires. Les liens qui les unissent sont très forts et le couple reste soudé : ils mangent ensemble, dorment ensemble, se toilettent mutuellement, régurgitent l’un pour l’autre et se défendent mutuellement. Le mâle nourrit la femelle quand celle-ci est au nid et ils sont tous deux les gardiens de leur progéniture.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.