Les actions de conservation
oiseaux

Les actions de conservation

Les comptages réguliers effectués par le réseau national des ornithologues apportent des indications sur la capacité d’accueil des zones humides et l’évolution de leur intérêt ornithologique. Ces informations récoltées permettent de réaliser une évaluation quantitative et qualitative des sites prioritaires pour la conservation, tels que reconnus par la convention de Ramsar. Cette convention pour la protection des zones humides, signée en 1971 à Ramsar, en Iran, reconnaît l’intérêt international pour les oiseaux d’eau des sites qui hébergent au moins 1% d’une population biogéographique et/ou 20 000 oiseaux d’eau présents simultanément.

Toutes les zones côtières qui atteignent ces seuils d’importance internationale sont incluses dans le réseau des zones importantes pour la conservation des oiseaux (Zico), dont l’inventaire national a été publié par la LPO en 1994. En raison de l’intérêt international évident que représentent les sites côtiers de Métropole, ils ont été intégrés au réseau Natura 2000, selon la réglementation européenne (directive oiseaux 79/409/CEE). Cette directive stipule que les États membres de l’Union européenne sont tenus de protéger les oiseaux menacés et migrateurs ainsi que de maintenir en bon état de conservation les sites majeurs qui les hébergent, où la gestion menée doit prendre en compte leurs exigences biologiques.

Les mesures de protection nationales et locales, prises notamment dans le cadre de la loi de protection de la nature de 1976, se sont révélées très efficaces pour la survie de nombreuses espèces d’oiseaux du littoral. Cette loi a permis la création de réserves naturelles côtières qui assurent le maintien des oiseaux nicheurs et migrateurs. Le réseau des sites protégés joue aussi un rôle très important pour la sensibilisation générale à la préservation des espèces sauvages et leurs milieux de vie. L’accueil du public et les activités de visites y sont organisés par les gestionnaires qui émanent de divers organismes : association de protection de la nature, syndicats mixtes, office national de la chasse et de la faune sauvage, conseils généraux…. qui assurent l’animation de dizaines de milliers de visiteurs par an.

La sensibilisation à la protection de la nature ne constitue en fait pas un phénomène si récent. Dès le début du XXe siècle, des projets de conservation d’oiseaux marins et de sites prestigieux voyaient le jour.

Ainsi, en 1912, la LPO obtenait la création de la réserve des Sept-îles, à Perros-Guirrec. Cela a mis fin au massacre des macareux moines qui s’y pratiquait chaque année au printemps. La protection des îlots a eu un effet “attractif” sur d’autres espèces d’oiseaux marins nicheurs qui s’y sont installées ensuite, telles que le pingouin torda, le guillemot de Troïl, la mouette tridactyle, le cormoran huppé et le célèbre fou de Bassan. Aujourd’hui, cette réserve compte 12 espèces d’oiseaux marins. Les 21 000 couples nicheurs qu’elle abrite actuellement en font la colonie d’oiseaux de mer la plus importante de France métropolitaine.

En matière de protection des sites du littoral, il convient de mentionner le rôle important joué par le conservatoire du littoral. Cet établissement public, créé en 1975, acquiert des espaces littoraux afin de les protéger de manière définitive. Il agit en Métropole, dans les départements d’outre-mer et à Mayotte. Son domaine totalise à ce jour 125 000 hectares, soit 1000 km de rivages regroupés en 600 sites naturels. Son objectif à terme est de protéger le tiers du linéaire côtier et d’en déléguer la gestion aux collectivités locales et aux organismes qui présentent une compétence dans ce domaine. Les associations de protection de la nature jouent un rôle majeur dans la gestion et le suivi de ces acquisitions, dont la LPO, qui gère des réserves naturelles désignées sur des terrains du Conservatoire en Charente-Maritime et en Vendée.

Goéland argenté
Guillemot de Troïl

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.