Les chiots boxers deviendront grands
le chien

Les chiots boxers deviendront grands

Une chienne qui allaite a besoin d’une ration alimentaire nettement supérieure à la normale : elle doit être augmentée de 50 à 100% selon le nombre de chiots. N’oubliez pas de toujours administrer des aliments riches en calcium (ou d’ajouter des compléments à base de calcium) en particulier si la portée est très nombreuse. De la sorte, vous limiterez les risques d’éclampsie, appelée aussi tétanie puerpérale (maladie se manifestant quelques jours après la mise bas et provoquée par l’accumulation du calcium dans le lait). En cas de carence en calcium, aucun symptôme n’est apparent au départ. Lorsque les premiers signes apparaissent, le problème est déjà grave et la mort peut survenir en quelques heures. Le premier symptôme est une certaine rigidité des mouvements. Si vous le remarquez, appelez de toute urgence le vétérinaire qui interviendra en administrant du calcium par voie intraveineuse.

Il est conseillé de peser périodiquement les chiots pour être certain qu’ils se développent bien. À la naissance, le poids moyen d’un boxer mâle est d’environ 500g, un peu moins pour une femelle. Par la suite, la moyenne est celle que vous trouverez indiquée dans le tableau ci-dessous : n’oubliez pas que ce tableau concerne le poids du mâle et que les femelles sont toujours un peu plus légères.

La croissance du chiot
Age (en jours)Poids (kg)
101,2
303
404,2
505,3
606,5

Les mères allaitent les chiots jusqu’à 40/50 jours. Mais dès le vingt-cinquième jour, vous pourrez l’aider en donnant au chiot de la viande hachée très finement ou homogénéisée : c’est le premier pas vers le sevrage.

Si les chiots n’apprécient pas les aliments solides, habituez-les en associant ce type de nourriture aux agréables sensations de la tétée. Mettez un doigt dans l’aliment homogénéisé et présentez-le au chiot : il tétera et s’habituera ainsi à cette nouvelle saveur.

Le développement des chiots est très rapide. A la naissance, ils sont complètement aveugles et sourds, mais trois semaines plus tard déjà, ils joueront entre eux et avec leur mère. À partir de la quatrième semaine, le maître de la chienne devra commencer à leur donner l’imprinting, en s’asseyant près d’eux et en se laissant flairer, toucher, en résumé en se faisant connaître.

L’inscription aux livres généalogiques

Il est important de veiller à ce que l’inscription des chiots aux arbres généalogiques se fasse en temps voulu. Dès qu’ils sont nés, vous pourrez demander à la Société centrale canine comment vous procurer les formulaires d’inscription.

 

 

Qu’est-ce que l’imprinting ?

En éthologie, ce terme désigne une étape fondamentale du développement psychologique du chiot, qui ne reconnaîtra comme congénère que les êtres avec lesquels il aura eut des rapports étroits pendant la période qui va de la quatrième à la septième semaine de vie.

Si les chiots ne reçoivent pas l’imprinting pendant cette période, il est impossible d’y remédier par la suite. Ils ne se socialiseront jamais complètement avec l’homme et il sera impossible d’en obtenir obéissance, confiance et estime.

 

Au bout d’un mois, les chiots ne se contenteront plus de rester dans la caisse de mise bas, ils commenceront à se promener partout, avec les résultats que vous imaginez facilement. Pour limiter les dégâts, procurez-vous un enclos pliable, placez-le dans la pièce “nursery” et recouvrez de papier journal le sol de la surface ainsi délimitée.

Dès l’âge de 1 mois, les chiots peuvent passer quelques instants dans le jardin. Le soleil est très bénéfique à leur développement physique, car il permet de fixer la vitamine D. La nuit, il faudra les ramener à l’intérieur : ils ne disposent pas encore de défenses immunitaires suffisantes pour résister au froid et à d’éventuelles intempéries.

Tant que la série de vaccinations n’est terminée, il est préférable que les chiots ne rencontrent pas d’autres chiens. C’est la mère qui s’occupera de leur donner leur première éducation et les premiers rudiments du savoir-vivre canin.

Un nouveau maitre pour nos chiots

Étant donné que le boxer est un chien très répandu, le nombre des portées disponibles est important. Il ne faut donc pas penser que tout le monde va se précipiter pour s’arracher vos chiens. Si vous voulez les vendre, vous devrez publier une série d’annonces (dans des journaux quotidiens et/ou revues spécialisées) dès leur naissance, de manière à pouvoir contacter en temps, utile les futurs acquéreurs. Essayez de faire une sélection et de vérifier qu’il s’agit de personnes capables de gérer de la meilleure manière possible un Boxer, si un acheteur présumé ne vous semble pas capable d’entretenir correctement un chien, il suffira de lui dire que le chiot qui l’intéresse est “malheureusement déjà vendu”. Au bout d’un mois de cohabitation avec une “tribu” de petits boxers, le particulier est généralement tiraillé entre deux désirs : celui de les garder tous (parce qu’ils sont irrésistibles) et la hâte de s’en défaire (car une portée est capable d’exaspérer le plus patient des hommes).

Ce conflit intérieur ne doit pas vous empêcher d’agir d’une manière calme et responsable.

Si les chiots vivent chez vous, et même s’il vous parait avoir atteint les limites de votre patience, vous ne devez jamais les céder avant qu’ils aient atteint 50 à 60 jours. Pendant cette période, ils ont encore besoin de leur mère, même s’ils sont capables de se nourrir seuls. En revanche, si vous avez un jardin et que vous ne souffrez donc pas trop du “syndrome d’envahissement par la portée” dans votre foyer, ne commettez pas l’erreur de trop attendre. Non seulement les chiens souffriraient au moment de quitter leur environnement et ce qu’ils considèrent désormais comme leur famille, mais il pourrait s’avérer difficile de trouver de nouveaux maîtres pour de jeunes chiens de 4 à 5 mois. En effet, les personnes qui veulent acquérir un chien veulent presque toujours l’avoir tout petit. Si vous attendez trop longtemps, vous risquez de vous retrouver avec une “meute” de huit ou dix boxers adultes (ou presque) dans votre jardin, autant dire que vous vous serez fourré dans un fameux guêpier !

Comment suivre une portée d’un point de vue sanitaire

 

À 30 jours : premier traitement vermifuge contre les ascarides
À 35 jours : deuxième traitement vermifuge contre les ascarides. Au bout de dix jours, faites procéder à un examen des selles pour déceler la présence éventuelle d’autres parasites (par exemple, des coccidies) et, le cas échéant, traiter ceux-ci
À 45 – 50 jours : première vaccination quadrivalente contre l’hépatite, la leptospirose, la maladie de Carré et la parvavirose
À 55 – 60 jours : troisième traitement vermifuge contre les ascarides
À 60 à 65 jours : rappel de vaccin

Et si vous vouliez garder un chiot ?

Si vous possédez un jardin, en particulier, il n’est pas très différent d’avoir deux chiens ou un seul. Bien entendu, les frais vont doubler, mais le temps qu’il faudra leur consacrer n’augmentera que très peu. Pourquoi alors ne pas garder un de “vos” chiots (si vous avez une femelle) ou le chiot qui vous revient en échange de la saillie (si votre chien est un mâle) ?

C’est un choix tout à fait envisageable, mais qui peut poser quelques problèmes. Tant qu’un seul des deux chiens est adulte et que l’autre n’est qu’un chiot, la cohabitation est facile. Mais lorsque le chiot grandit, de graves conflits peuvent apparaître. Le père ou la mère ne reconnaissent plus leur petit et il ne faut donc pas espérer des sentiments parentaux de leur part. Leur “rejeton”, devenu adulte, n’est plus, pour eux, qu’un chien comme un autre, et, on le sait, les boxers se battent souvent contre les autres chiens du même sexe.

La solution idéale est de garder un couple. Mais un couple père et fille (ou mère et fils) ne devrait jamais s’accoupler. Des éleveurs le font parfois, mais un accouplement en consanguinité aussi étroite suppose une connaissance parfaite des lignées. Si l’on ne possède pas ce savoir (et il est très rare qu’un particulier ait une connaissance aussi approfondie), on risque d’avoir des chiots atteints de tares graves.

Morale : si vous voulez garder un chiot, choisissez-le de sexe opposé à celui de votre chien, mais veillez bien à les séparer lorsque la femelle est en chaleur (l’idéal est de disposer de deux boxes différentes).

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.