les animaux à sang froid

Les espèces de serpents

Les espèces de serpents
Les espèces de serpents

Parmi les serpents les plus populaires et les plus répandus en captivité figurent des individus petits et hauts en couleur, ce qui n’est guère surprenant.

Le serpent jarretière

 

Le serpent jarretière (thamnophis sirtalis), reptile le plus courant en Amérique du Nord tire son nom de son aspect filiforme. Ses besoins sont bien spécifiques : en été, il nécessite une température de 25° C environ, qui peut descendre à 15° C au minimum en hiver ; de telles variations permettent d’imiter les changements qui se produisent dans son habitat naturel. Vous pourrez ensuite augmenter progressivement la température du vivarium.

Si cette espèce vit souvent dans des zones aquatiques, sachez toutefois que le substrat du vivarium doit absolument rester sec. Prévoyez un grand récipient d’eau dans lequel le reptile s’immergera sans inonder les alentours (l’humidité risque de déclencher des infections cutanées).

Pour le maintien de sa santé, un régime alimentaire approprié s’impose. Les aliments tout prêts, vendus dans les boutiques spécialisées, sont en général bien équilibrés.

 

Le serpent de lait

serpent de lait

 

Dans la nature, les couleurs vives sont généralement synonymes de danger, un fait qu’a su exploiter le serpent de lait (lampropeltis triangulum), dont l’aspect ressemble étroitement à celui du serpent corail mortel (espèce micrurus). Les formes naturelles de cet individu varient. Ainsi, les sous-espèces d’Amérique centrale arborent des couleurs bien plus voyantes que celles originaires d’Amérique du Nord. Lors de l’éclosion des œufs, leurs nouveau-nés sont également plus grands, se nourrissant aisément de dépouilles entières de souris d’un jour. Les couleuvres tachetées d’Amérique centrale, originaires des régions équatoriales, doivent vivre dans un environnement légèrement plus chaud.

 

Le serpent des blés

serpent des blés

 

Aujourd’hui, le serpent des blés (elaphe guttala) existe en un grand nombre de variations de couleurs ; l’espèce blanche, notamment, se fond dans son habitat naturel. Mais, généralement, il arbore plutôt une tonalité rouge, orange ou grise ainsi que des marques rouges ou orange. Il s’adapte très facilement et son élevage constitue une très bonne introduction au monde des serpents. Il atteint sa maturité à l’âge de 2 ans.

 

Le serpent ratier

Si les serpents ratiers les plus courants dans le commerce proviennent d’Amérique du Nord, des espèces asiatiques existent également. Jeunes et adultes diffèrent souvent en termes de teintes. Par ailleurs, des mutations de couleur ont fait leur apparition, comme la couleuvre obscure (elaphe o. obsoleta) noire. Si les jeunes individus, aux motifs grisâtres, s’apprivoisent aisément et grandissent rapidement, les adultes non habitués aux manipulations risquent en revanche de rester sauvages. Parfois arboricoles, ils apprécieront des possibilités d’escalade. autre sous-espèce populaire, l’Elaphe o. quadrivittala présente des bandes sombres sur une tonalité jaunâtre à l’âge adulte. Il s’agit d’un proche parent du ratier des Everglades (E o. rossalleni), de teinte orangée.

image source Martin Zeller

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :