les petits mammifères

les soins pour mon cochon d’inde

les soins pour mon cochon d'inde
cochon d’inde

Il peut être déconcertant de prendre un cochon d’inde dans ses bras pour la première fois : certains poussent des cris perçants comme s’ils souffraient, une réaction particulièrement inquiétante notamment pour un enfant. Toutefois, vous éviterez de telles manifestations en restant doux ; lorsqu’il sera habitué aux manipulations régulières, le cochon d’inde arrêtera toutes démonstrations vocales. Comme il ne mord pas instinctivement, vous pouvez facilement l’attraper, même s’il cherche généralement à éviter une telle capture.

Attraper un cochon d’inde

 

Pour saisir un cochon d’inde qui va et vient dans son clapier, placez la main gauche devant lui et, avec les doigts de la main droite, entourez son corps par l’arrière afin de le maintenir. Si vous êtes gaucher, faites l’inverse. Une fois le rongeur attrapé, glissez une main sous son arrière-train, puis soulevez-le de son clapier. Généralement, le cochon d’inde ne se débat pas ; à cette étape, veillez toutefois à ne pas relâcher votre étreinte : s’il tombe accidentellement, il risque de se blesser gravement.

Le transport

Pour transporter votre cochon d’inde, utilisez un carton résistant ou une caisse pour animal de compagnie. Dans le premier cas, examinez les rabats du fond pour vérifier leur solidité. Renforcez la base avec du ruban adhésif pour emballage et , ultime précaution, soutenez la boîte par-dessous avec vos mains. Prévoyez un peu de foin ; le cochon d’inde s’y dissimulera confortablement sans paniquer. Si sa captivité est de courte durée, il ne grignotera pas la boîte pour s’échapper ; en revanche, ne le laissez jamais là où rodent chats et chiens.

L’hygiène

 

Nettoyez soigneusement le clapier au moins une fois par semaine et récupérez la litière, qui constitue un compost idéal.

Surveillez toujours attentivement les excréments de l’animal, qui vous donneront un précieux aperçu de sa santé ; sachez qu’ils peuvent être particulièrement conséquents chez les vieux mâles. A un âge avancé, ces derniers sont susceptibles de souffrir d’une pathologie appelée obstruction rectale : les contractions musculaires nécessaires à l’évacuation des fèces s’affaiblissent, entraînant accumulation des excréments et gonflements douloureux à l’extrémité du tube digestif.

Pour identifier cette pathologie, observez l’arrière-train du cochon d’inde. Bien qu’il s’agisse d’une tâche déplaisante, pour vous comme pour lui, la solution consiste à verser délicatement de l’huile d’olive dans son anus, puis à masser doucement la zone obstruée (portez des gants jetables). Votre vétérinaire pourra le faire à votre place, si vous le souhaitez. Donnez ensuite à l’animal un complément diététique approprié afin d’éviter toute détérioration ultérieur.

Un hiver en plein air : les soins

attention à l’eau en hiver
Durant les mois les plus froids de l’hiver, il est judicieux de placer le clapier dans une remise protégée et bien éclairée. Si vous laissez le cochon d’inde à l’extérieur, assurez-vous qu’il dispose d’assez de litière pour lui tenir chaud et inspectez-la chaque jour. Veillez également à ce que la quantité d’eau potable soit suffisante, un bol est déconseillé car il risque de se charger rapidement de litière. Mieux vaut opter pour un abreuvoir en forme de flacon s’attachant depuis l’extérieur de la cage. Soyez attentif aux baisses de température et ne remplissez pas l’abreuvoir à ras bord : en dessous de 0° C, lorsque l’eau se transforme en glace, elle risque de faire éclater le flacon. Vérifiez également que le bec en acier inoxydable n’est pas obstrué par le gel, empêchant alors l’écoulement de l’eau.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :